Articles

Slow Travel : 5 idées de voyages en Europe

Voyager sans prendre l’avion, mais en prenant son temps

Les possibilités de partir découvrir l’Europe sans prendre l’avion sont nombreuses et représentent souvent bien plus qu’une alternative en constituant un voyage en elles-mêmes. Grâce à leur expertise, les chasseurs de bons plans de VoyagesPirates ont ainsi sélectionné cinq options qui sauront séduire les adeptes du slow travel.

Le train

Une bonne façon de découvrir l’Europe en train, et certainement la plus connue, est celle d’Interrail. 31 pays sont accessibles grâce à l’offre d’Interrail. Chaque pass inclut un certain nombre de jours au cours desquels il est possible de prendre le train de façon illimitée. Avec Interrail, l’Europe se découvre à partir de 218 euros pour les billets adultes et 168 euros pour les billets jeunes (12-27 ans) avec le global pass de 3 jours sur 1 mois.

Les sociétés nationales et régionales ferroviaires mettent régulièrement des offres spéciales en avant selon la saisonnalité. Ainsi, en Écosse, la ScotRail propose des billets pour découvrir les paysages scéniques de la région des Highlands avec le pass Spirit of Scotland (8 jours avec 4 jours de trajets illimités à partir de 168 euros ou 15 jours avec 8 jours de trajets illimités à partir de 214 euros) et le pass Highland rover (8 jours avec 4 jours de trajets illimités à partir de 100 euros). L’office de tourisme d’Allemagne a récemment lancé une nouvelle campagne en collaboration avec la SNCF et Deutsche Bahn afin de promouvoir 12 villes allemandes à découvrir depuis la France, un bon plan pour cet été.

Le Ferry

Pourquoi les voyages en bateau devraient-ils toujours se cantonner aux croisières ? D’autant plus quand il est possible de combiner les falaises irlandaises aux plages de la côte ouest de l’Espagne en un seul et même séjour.

C’est ce que propose la compagnie Brittany Ferries avec ses deux traversées par semaine (28 heures) entre Santander, sur les côtes de Cantabrie en Espagne et le port de Cork au sud de l’Irlande. Il faut compter 155 euros pour une cabine de 2 personnes en haute saison. La compagnie dispose aussi d’une liaison reliant Bilbao au sud de l’Angleterre (à destination de Portsmouth) pour profiter des plages de la Cornouailles ou d’une visite de l’amphithéâtre de Minack lové dans les rochers à flanc de falaises et face à l’océan.

Depuis le sud de la France il est facile de se rendre avec plusieurs compagnies de ferry vers de nombreuses destinations du bassin méditerranéen. La Corse, la Sardaigne et la Sicile sont ainsi accessibles depuis Marseille, Toulon et Nice. Il existe aussi des liaisons avec l’Algérie et la Tunisie au départ de Marseille et Majorque en provenance de Toulon. Sans oublier le nord du Maroc depuis Sète, à la découverte des villes de Tanger et Tétouan, entre océan Atlantique et mer Méditerranée.

Au fil de l’eau

Il existe plusieurs formules et concepts à travers la France et l’Europe que l’on soit déjà adeptes du tourisme fluvial ou à ses premiers pas. L’entreprise Locaboat propose ainsi des locations de péniches pour navigation fluviale sans permis. Les prix varient selon la saison, à partir de 938 euros en basse saison la semaine (pour une capacité de 2 à 5 personnes) et 402 euros le week-end en France, Italie et Hollande pour une pénichette classique.

Pour ceux qui préfèrent la navigation en mer, l’entreprise Samboat permet de louer des bateaux entre particuliers et professionnels à travers l’Europe et le monde. Plusieurs types et gammes de bateaux sont disponibles à moteur, voiliers, multi coques ou semi-rigide. Côté tarifs, il est possible de configurer les critères de recherches en fonction de son budget.

Le bus

De nombreuses connexions entre destinations européennes sont aujourd’hui possibles grâce à un vaste réseau de bus. Alors pourquoi ne pas profiter de ces liaisons pour découvrir des territoires de France ou des régions d’Europe en explorant par exemple le Pays Basque, côté français en partant de Bayonne, et en rejoignant San Sébastian sur la côte basque espagnole. Les voyages en bus peuvent aussi s’avérer être une bonne option pour des courts-séjours, comme une escapade à Milan ou Gênes sur la riviera ligure, un week-end à Londres ou encore Amsterdam. Ouibus, Eurolines, Flixbus desservent pratiquement l’ensemble du territoire français et plusieurs villes européennes et proposent régulièrement des offres spéciales avec des promotions pouvant aller jusqu’à 2,99 euros par trajet.

Le van

Au-delà de l’espace qu’ils occupent sur les réseaux sociaux avec les nombreux #vanlife ou autre #campervan, les voyages en van séduisent de plus en plus d’adeptes, qu’il s’agisse du retour fracassant des combis, de l’aménagement de fourgons ou bien d’un camping-car. Une forme de voyage dans laquelle on allie la liberté et le contact avec la nature au confort. En France et en Europe il existe des professionnels de la location de vans comme Yescapa, qui propose de trouver et louer des vans et camping-cars entre particuliers près de chez soi (il faudra compter en moyenne 70 euros par jour pour un van), ou encore Blacksheep Van spécialisé dans la location de vans aménagés et minibus (à partir de 72 euros par jour pour un camper-van classique).

 

Grande voyageuse, Marion Bertaux a rejoint l’équipe VoyagesPirates en 2016 en tant que chasseuse de bons plans. Depuis mars 2019, Marion est responsable éditorial et connaît les tendances voyage comme personne. Son expertise acquise au fil d’années passées à disséquer les publications des sites de voyage et à tester elle-même les  bons plans qu’elle publie, lui permet de savoir exactement où et à quel moment se trouvent les meilleures offres.

76% des Français se disent prêts à voyager dans l’espace

Plus de 40% des Français interrogés pensent qu’investir 200 000 dollars pour un voyage dans l’espace en vaut la peine.

Interstellar est le film qui donne le plus envie aux Français de voyager dans l’espace 

Le tourisme spatial fait rêver petits et grands depuis des décennies. VoyagesPirates, l’expert des bons plans tourisme et voyages, a voulu savoir si les Français et leurs voisins européens étaient prêts à sauter ce grand pas pour l’humanité avec une étude internationale[1] réalisée auprès de 14 000 européens dont 2 500 Français. En effet depuis quelques années, sous l’impulsion d’entreprises ambitieuses, ce qui était autrefois réservé à une poignée de scientifiques d’élite ou aux rêveurs du monde entier pourrait bientôt devenir à la portée de tous.

Des Français déterminés à s’envoler

76% des Français interrogés se disent prêts à vouloir voyager dans l’espace bien que la majorité (56%) reconnaisse tout de même qu’ils ne le feraient pas sans crainte.

La préparation nécessaire avant tout voyage dans l’espace, qui dure plusieurs mois, ne semble pas être dissuasive : ils sont plus de 69% à répondre que ces préparatifs ne constitueraient pas un obstacle. Il faut tout de même savoir qu’un entraînement physique est obligatoire avant tout départ pour le cosmos, les passagers devant être capables de supporter l’accélération pharamineuse de la navette lorsqu’elle quitte la terre ainsi que les conditions de vie spartiates qui les attendent.

Ils reconnaissent pourtant que le besoin de compétences et de connaissances techniques est l’un des principaux challenges pour aller dans l’espace… mais pas le premier d’entre eux. C’est le sentiment d’isolement et l’éloignement du reste de l’humanité qui inquiète le plus les Français.

Pourquoi le cosmos ?

Pour 82% des personnes sondées, c’est de vivre une expérience incroyable unique dans l’univers et le cosmos. Une fois dans l’espace, les trois principales expériences que souhaiteraient vivre les Français sont de voir la Terre d’en haut, découvrir les sensations en l’absence de gravité et simplement observer l’univers.

Sans grande surprise la Lune intrigue les Français qui la nomment en premier s’ils devaient faire un voyage dans l’espace au-delà de la ligne Kárman. Néanmoins, malgré la médiatisation de la course à la conquête de l’espace et la communication autour des ambitions de SpaceX pour emmener les premiers touristes sur Mars, celle-ci n’est pas la planète qui semble le plus intéresser les interrogés qui sont plus de 25% à reconnaître vouloir se rendre sur une autre planète.

Il convient cependant de souligner que malgré l’intérêt porté à la découverte de l’espace et de l’univers, les Français sont 89% à déclarer ne pas vouloir vivre dans l’espace de façon permanente, même si cela était possible.

L’effet Pesquet et la force de la fiction

VoyagesPirates a également voulu savoir quels films ou séries ont fait naître cette envie de cosmos chez les Français. L’œuvre la plus souvent citée est le film de Christopher Nolan, Interstellar (2014), suivi de Gravity (2013) d’Alfonso Cuarón et de Seul sur Mars (2015) de Ridley Scott. Viennent ensuite les grands classiques Star Wars puis Star Trek.

Détail amusant, de nombreux sondés mentionnent Thomas Pesquet dans leurs réponses. Le charismatique spationaute Français a joué un rôle important à travers ses postes sur les réseaux sociaux présentant son quotidien à bord de la Station Spatiale Internationale.  Il reste une des personnalités scientifiques préférée des Français, et l’annonce de son prochain voyage à bord de l’ISS a confirmé sa position d’ambassadeur de l’excellence scientifique française à l’international.

Un investissement qui ne met pas tous les Européens d’accord

Est-ce qu’un voyage dans l’espace vaut la peine d’y investir la somme vertigineuse de 200 000 dollars? La réponse est oui pour 40% des Français. Les Italiens sont encore plus enthousiastes avec 59% des sondés qui répondent par la positive. Autre son de cloches chez nos voisins Germaniques : seuls 36% des Allemands et 32% seulement des Autrichiens envisageraient une telle dépense.

[1] Etude réalisée du 5 au 14 février 2019 auprès de 14 000 utilisateurs européens de VoyagesPirates, dont 2 500 Français.

Les meilleurs bons plans early booking

Le site de bons plans tourisme s’enrichit d’une nouvelle page dédiée aux réservations en early booking.

VoyagesPirates.fr, l’une des plateformes de bons plans voyages les plus dynamiques d’Europe, agrémente son site d’une nouvelle page réservée aux meilleures offres de réservations anticipées. Accessible depuis la page d’accueil du site, celle-ci a pour objectif de simplifier la recherche des utilisateurs qui ont ainsi un aperçu direct et complet des offres « early booking » publiées par les experts de VoyagesPirates.

Ces bons plans, idéaux pour tous ceux qui aiment prendre de l’avance sur leurs réservations et ainsi bénéficier des prix les plus avantageux, s’adressent aussi bien aux familles et aux couples que pour des séjours entre amis. Avec des propositions de départs depuis la France et les pays limitrophes, les utilisateurs peuvent ainsi trouver des offres pour différents types d’hébergements (hôtels, campings…), des city-break et courts séjours ou des vacances à l’autre bout du monde.

« Même si les réservations de dernières minutes reviennent souvent lorsqu’il est question de trouver des voyages à des prix compétitifs, les offres early booking sont celles qui proposent néanmoins les tarifs les plus avantageux. Et ce, d’autant plus lorsqu’il est question de voyager en haute-saison ou sur la période des vacances scolaires », affirme Marion Bertaux, éditrice senior à VoyagesPirates.

Il convient en effet de rappeler que les réservations Last minute sont vraiment attractives en basse ou moyenne saison, et en dehors des vacances scolaires.

Les chasseurs de bons plans de VoyagesPirates rappellent également que pour des vols long-courriers, il est conseillé de réserver entre sept et huit mois à l’avance pour avoir des prix intéressants. Il en est de même pour un séjour dans une destination lointaine pendant les vacances scolaires où, là aussi, anticiper est le maître-mot pour s’assurer des meilleurs tarifs.

Du côté de l’Europe, en haute saison et pour des départs pendant les vacances d’été, il faut prévoir de réserver ses billets d’avion entre quatre et six mois en amont contre un ou deux mois seulement en basse saison. Pour des escapades européennes sur les dates des vacances scolaires ou pendant les ponts, les experts voyages de la plateforme recommandent des réservations anticipées entre trois et quatre mois.

Voyages solos au féminin : les expertes de VoyagesPirates partagent leurs expériences solos de quatre destinations

Professionnelles du tourisme, les chasseuses de bons plans du site VoyagesPirates.fr sont avant tout des voyageuses de la première heure. De profils et d’horizons différents, elles se sont toutes consacrées au développement de leur carrière dans le tourisme pour partager leur expertise et leur passion.

Ce goût du voyage les a menées à découvrir certaines destinations en solo et elles reviennent aujourd’hui sur ces expériences avec quelques recommandations.

L’Allemagne vue par Marion

Marion Bertaux, éditrice senior à VoyagesPirates a découvert l’Allemagne en solo après plusieurs voyages qui l’ont menée en Caraïbes, aux États-Unis, en Égypte ou encore en Thaïlande. Côté villes, Marion recommande Düsseldorf et Cologne, ou encore Hambourg.

” Pour moi c’est un must d’aller à Lübeck quand on passe un week-end à Hambourg. Les plages de la Mer Baltique sont très jolies et le charme opère immédiatement avec les fauteuils cabines », souligne-t-elle.

 

 

 

 

 

 

Pour une escapade nature, Marion préconise les montagnes du Harz et remarque qu’il est même possible d’y faire du ski en hiver. Une autre région pour une mise au vert selon elle, est celle de Dresde le temps d’un week-end en se rendant au Parc National des Sächsische Schweiz, situé à seulement une heure de voiture de la ville.

Autre décor, autre ambiance, Marion suggère aussi de faire un tour du côté de Freiburg et du parc de loisirs Europapark, dont la renommée en Europe n’est plus à faire pour vivre des sensations fortes, ou encore la ville de Münster pour les étudiants.

Et cette année, l’Allemagne fête les 100 ans du Bauhaus, de quoi découvrir également la destination sous l’angle de l’art et de l’architecture.

“En Colombie, la gentillesse des gens séduit dès les premiers instants”

Habituée des voyages, Nelly, éditrice à VoyagesPirates, a découvert plusieurs pays de l’Amérique latine, d’Europe ou encore d’Afrique avant de partir explorer la Colombie. Nelly a débarqué seule un soir d’été à Medellin, dans ce pays à la richesse naturelle presque insolente entre déserts, volcans, forêts tropicales et chaîne de montagnes côtières la plus élevée du monde, la Sierra Nevada de Santa Marta, sans oublier les nombreux parcs nationaux et naturels.

“Medellin est une grande ville avec un climat très agréable et une assez grande communauté d’expats !”

L’une des visites incontournables pour Nelly est celle du nord de la Colombie et plus particulièrement, la côte Caraïbe pour ses paysages paradisiaques et son empreinte culturelle forte. Ainsi, elle recommande vivement la visite de Carthagène des Indes pour “son style colonial et son dynamisme”. Mais il y a aussi le Parc National Naturel de Tayrona, Palomino, les îles Rosario, San Bernado ou encore San Andres.

 

Son coup de cœur revient néanmoins au village de Guatapé et sa région : “La Vallée del Cocora et les petits villages aux alentours offrent un décor spectaculaire et inoubliable de la Colombie” souligne-t-elle. C’est dans cette zone qu’il est possible d’admirer et de prendre des clichés des fameux palmiers de cire, l’arbre national de la Colombie.

 

 

Le Chili vu par Laura

Europe, Indonésie, Maroc, Émirats Arabes Unis ou encore New-York où elle aura vécu deux ans, Laura, éditrice à VoyagesPirates, se lance ensuite dans une nouvelle aventure de trois mois au Chili. Après 30 heures de voyage et deux escales, elle pose finalement son sac à dos à Pucón, point de départ de nombreux souvenirs.

Pour se déplacer dans ce pays qui s’étend sur 755 776 km² de superficie, Laura recommande vivement de prendre des avions entre les grandes régions et les bus de nuit pour des distances plus courtes. Une expérience dont elle garde un très bon souvenir, “les bus de nuit sont confortables avec même un petit-déjeuner au réveil” mentionne-t-elle.

 

Dans son aventure elle a également fait l’ascension du volcan Villarrica et s’est rendue à la Isla Magdalena au large de Punta Arenas dans le sud du pays, qu’elle surnomme affectueusement “l’île aux pingouins”, foyer d’une importante colonie de manchots de Magellan.

Son voyage l’a aussi mené à San Pedro de Atacama en faisant l’excursion à Uyuni en Bolivie, une expérience incontournable selon elle lors d’un voyage au Chili.

 

 

Passionnée de trek qu’elle a pu faire dans de précédents voyages, c’est sans aucune hésitation qu’elle décide de se lancer à l’assaut des montagnes du Parc National Torres del Paine, un trek qui aura duré cinq jours.

« Ma tente a pris l’eau lors de la première nuit avant de partir pour 13 km de trek le lendemain matin » se souvient-t-elle amusée avant d’ajouter « C’est l’expérience la plus folle ! Tu es seule avec ta tente sans vraiment être seule puisque tu rencontres d’autres voyageurs tout le long du sentier ».

“L’île du sud de la Nouvelle-Zélande, le lieu parfait pour se sentir seule au monde”

Sophie, community manager à VoyagesPirates, a parcouru plusieurs destinations d’Asie avant de prendre la direction de la Nouvelle-Zélande. Pendant un an elle part explorer les deux îles qui composent le pays. Son premier souvenir est sur l’île du Nord, dans la petite ville de Raglan idéale pour les backpackers à la recherche de bons spots de surf. Elle se souvient d’un centre-ville composé de seulement deux rues, un bar et quelques cafés qui lui confèrent une atmosphère bohème et détente dans un contexte propice aux rencontres avec d’autres voyageurs venus se ressourcer.

Autre endroit pour le surf, la ville de Mount Manganaui et ses longues plages de sable blanc. Pour Sophie c’est l’endroit idéal pour se poser quelques temps et travailler en bord de mer pour la saison estivale.

“Une super activité à faire solo en Nouvelle-Zélande, et j’ai même envie de dire la principale activité à privilégier, est la randonnée. Un trek de trois à quatre jours sur l’un des neuf Great Walks du pays comme le Kepler, Abel Tasman ou encore le Tongario permet aussi de rencontrer beaucoup de personnes dans les espaces de campements ».

 

 

Direction l‘île du Sud, dont Sophie garde un souvenir « spectaculaire pour ses paysages et pour prendre de la hauteur dans les montagnes et passer la saison d’hiver à Queenstown ». C’est sur cette île qu’elle a notamment trouvé son coup de cœur, les Catlins situées à l’extrême sud de l’île et Arrowtown qu’elle conseille de découvrir à l’automne pour ses couleurs.

Pour ce qui est des villes, Sophie mentionne que Wellington au-delà d’être la capitale du pays, reste une étape indispensable au voyage. Street art, culture des cafés, magasins vintages s’affichent à chaque coin de rue.

Les bars les plus exclusifs à travers le monde

 

Voici un pub-crawl bien différent des autres. Le site de bons plans tourisme VoyagesPirates.fr a déniché une sélection de bars les plus exclusifs au monde. Un pub-crawl qui fera voyager les passionnés de cocktails, whisky et gin de Berlin à Stockholm et de Dubaï à Bangkok en passant par Paris dans des lieux d’exception pour une soirée inoubliable. Ambiance somptueuse au Burj Al-Arabs, atmosphère exclusive dans un club privé ou encore spectacle burlesque dans un restaurant branché attendent les voyageurs à la recherche d’expériences insolites.

Prinzipal Kreuzberg, Berlin

La première chose à savoir du Prinzipal Kreuzberg, c’est qu’il n’est pas facile à trouver. Il s’agit en effet d’un bar speakeasy, ce qui explique l’absence d’indication à l’entrée. Pour le repérer, il faut trouver la lampe sur le bâtiment vert de l’Oranienstrasse 178, dans le quartier branché de Kreuzberg, qui est suspendue juste au-dessus de l’entrée du bar. Celui-ci accueille des spectacles burlesques (principalement le samedi) et dispose de plus de 24 variétés de gin. Les soirées au Prinzipal Kreuzberg, connu également sous le nom de « Kaninchenbau » (trou à lapin en français) pour les habitués, valent la peine de le chercher.

A noter qu’il est recommandé de réserver à l’avance.

Tout droits réservés – Prinzipal Kreuzberg

Icebar, Stockholm

Comme son nom l’indique, le Icebar de Stockholm se distingue par sa particularité : il est entièrement de glace. Même s’il existe aujourd’hui plusieurs Ice bar dans le monde, celui de Stockholm a été le premier du genre. Ici, même les verres dans lesquels les boissons sont servies sont en glace. Une fois par an, le bar est reconstruit par les sculpteurs de l’Icehotel avec de la glace de la rivière « Torne älv », située au nord de la Suède. Comme les températures dans le bar sont toujours proches des – 7 degrés Celsius, il est possible de louer des gants et des manteaux chauds sur place. De plus, certains cocktails de la carte permettent aussi de réchauffer de l’intérieur.

A noter qu’il est recommandé de réserver à l’avance ici aussi. L’entrée coûte 25 euros avec une boisson gratuite incluse.

Tout droits réservés – Icebar

Gold On 27, Dubaï

Le Gold On Bar, situé au 27ème étage du célèbre Burj Al-Arab, impressionne à tous les sens et révèle la conception luxueuse et opulente des lieux avec de nombreux accents dorés est typique de Dubaï. On y vient pour la combinaison d’une atmosphère exclusive et d’une sélection de boissons inégalées. Dans ce lieu d’exception les prix vont de sept euros pour une boisson non alcoolisée à près de 2 000 euros pour une bouteille de champagne. Les cocktails sont pensés pour relever la créativité. Si la carte propose des cocktails variés à partir de 15 euros, la vue imprenable sur la ville et la musique de son DJ résident Darko de Jan sont, quant à elles, accessibles à tous.

A noter que les admissions se font à partir de 21 ans. Le code vestimentaire se veut chic et décontracté. La meilleure façon de réserver, et ainsi de s’assurer l’entrée, est via l’application. En période de Ramadan et de fêtes religieuses, il n’y a pas d’alcool servi.

Tout droits réservés – Gold on 27

Sky Bar & Distil Bar, Bangkok

Le deuxième volet de la trilogie Very Bad Trip a révélé le Sky Bar et le Distil Bar au 64ème étage de la States Tower à Bangkok. Alors que le Sky Bar est régulièrement élu l’un des meilleurs bars d’hôtels du monde, le Distil Bar, avec une hauteur de plus de 250 mètres, peut au moins se voir attribuer le titre de « Bar de plein air le plus haut du monde ». La vue de nuit sur les toits de Bangkok depuis les deux bars est une vue unique sur la ville. Bien que le Distil Bar ne soit qu’un étage au-dessus du Sky Bar, il est moins connu et donc moins fréquenté. Le plus du lieu, ses couchers de soleil spectaculaires. On y va à l’ouverture, à 17h pour profiter du spot avant qu’il ne se remplisse, sur fond de musique de salon et accompagné d’un décor idéal pour se détendre et déconnecter.

A noter que le code vestimentaire est Smart Casual.

Tout droits réservés – Sky Bar & Distil Bar

Le Gentlemen 1919, Paris

Un bar pour le moins diversifié. Ce speakeasy qui reprend tous les codes des bars de la prohibition, a l’exclusivité de proposer une expérience sensorielle enrichie à sa clientèle. Barbier, fumoir et cireur complètent la carte premium du bar.

En journée, la clientèle masculine du Gentlemen 1919 peut profiter d’un moment de détente chez le barbier. Véritable instant de bien-être, cette expérience est une belle entrée en matière pour se plonger dans l’univers traditionnel du lieu. Pour les plus dandy, le Gentlemen 1919 propose également un service de cirage exclusif. Au bar, la carte se compose d’un assortiment de cocktails et d’une variété d’alcools finement sélectionnés : Porto, Gins, Vodka, Bières, Cognac, Armagnac, Liqueurs, Champagnes et Whisky. Les amateurs de bons Whisky pourraient faire face à un dilemme cornélien avec des références d’Ecosse, du Japon, d’Irlande ou encore de bourbon des États-Unis.

A noter que comme la définition et l’histoire même des speakeasies le veut, il est demandé à la clientèle de faire preuve d’une conduite discrète à son entrée dans l’établissement.

Tout droits réservés – Le Gentleman 1919