Septembre en passe de devenir le mois préféré des Français pour leurs vacances !

35,38% des Français prévoient de voyager au mois de septembre en 2019, alors que la majorité reconnait avoir déjà renoncé à une destination en raison de l’afflux de touristes

VoyagesPirates.fr le site expert des bons plans tourisme a mené une étude auprès de 2 660[1] Français sur leurs intentions de voyages en 2019. Un sondage qui révèle la montée en force du mois de septembre sur les départs en vacances et fait ressortir de nouvelles tendances sur la saisonnalité.

En 2019, le mois de juillet boudé par les voyageurs français

Si le mois d’août reste le plus plébiscité avec 36,92% des Français interrogés qui envisagent de partir à cette période, le mois de septembre gagne chaque année de la place dans le cœur des voyageurs français. Une tendance observée depuis quelques années et qui semble définitivement se confirmer. Ils sont en effet 35,38% à favoriser le mois de septembre pour leurs prochaines vacances en 2019, faisant ainsi de l’ombre au mois de juillet relayé seulement à la 7ème position de cette étude. Le mois de septembre vient même se placer en tête chez les 25-34 ans, avec plus de 40% d’entre eux qui ont exprimé leur souhait de voyager à ce moment de l’année.

Le printemps sera également un temps fort pour les départs en vacances avec les mois d’avril et mai, respectivement en 3ème et 4ème position des périodes les plus favorisées par les Français interrogés sur leurs intentions de voyages en 2019. Une donnée importante qui permet d’observer la tendance aux courts-séjours et city-trips pour l’année à venir et qui peut s’expliquer en partie par la présence de 4 ponts en France sur cette période en 2019.

Sans surprise les moments creux pour voyager de l’année seront les mois de décembre, janvier et novembre.

 

Quels sont les avantages à voyager en septembre ?

Plusieurs raisons peuvent expliquer l’envie des voyageurs français à choisir le mois de septembre pour partir en vacances :

  • Une baisse significative des prix avec le lancement de l’arrière-saison
  • Des conditions météorologiques au rendez-vous dans plusieurs pays d’Europe qui offrent encore de belles journées et des températures clémentes pour profiter de l’été indien.
  • Des départs de plus en plus désaisonnalisés, résultat des stratégies mises en place par certaines destinations au cours des dernières années pour fluidifier l’arrivée de touristes.
  • Une baisse de la fréquentation touristique sur l’ensemble des destinations et notamment les plus prisées des voyageurs.

 

Plus de la moitié des Français ont déjà renoncé à une destination par risque qu’il y ait trop de touristes

Cette étude met aussi en lumière un chiffre qui vient en partie confirmer la tendance à la hausse pour le mois de septembre. Plus de 62% des Français interrogés reconnaissent qu’il leur est déjà arrivé de ne pas choisir une destination par crainte d’un afflux de touristes trop important.

[1] Etude VoyagesPirates.fr réalisée en septembre 2018 auprès de 2 660 participants français.

Infographie : 56% des français ont peur en avion

Si les vacances sont synonymes pour beaucoup de dépaysement et de nouvelles découvertes, elles peuvent aussi devenir une véritable épreuve pour ceux redoutant de prendre l’avion. VoyagesPirates.fr, la plus grande communauté en ligne autour du voyage, a tenté de faire le point sur la peur de prendre l’avion qui touche une grande partie des Français et dévoile aujourd’hui sa grande étude européenne sur plus de 14 000 participants dont 3 072 Français[1].

Plus de la moitié des Français redoutent les voyages en avion

L’avion reste une épreuve pour la majorité des Français. 21% disent ainsi avoir peur de façon générale alors que pour 35% d’entre eux le problème se pose seulement dans certaines situations.

Ainsi, 11% des Français qui prennent l’avion régulièrement on tout de même peur lors de leur vol. Mais la chose n’est pas toujours facile à assumer, ils sont en effet 76% à dire essayer de dissimuler leur peur de l’avion aux autres.

Les raisons de la peur

Sans surprise, ce sont les turbulences qui provoquent le plus d’angoisse chez les passagers. Viennent ensuite l’idée que l’avion puisse s’écraser, l’appréhension du décollage et de l’atterrissage, la sensation de perte de contrôle puis enfin les bruits non identifiés lors du vol.

Il existe heureusement des astuces et technique pour surmonter cette peur. 30% des Français se rassurent ainsi en observant le personnel de bord, 19% ont recours à des médicaments contre l’anxiété, 16% pratiquent la méditation… et enfin 5% boivent de l’alcool.

Surmonter sa peur en avion

58% des Français interrogés déclarent avoir réussi à surmonter leur peur de l’avion grâce à leur recherche sur le sujet pour tenter de démystifier les trajets en avion.

Ainsi, Air France propose des programmes complets pour lutter contre cette peur handicapante.

Des sociétés se sont également spécialisées sur ce sujet, offrant des simulations en réalité virtuelle pour parfaire l’immersion et guider les voyageurs tout au long des étapes d’un vol.

Comprendre les turbulences

Les turbulences sont provoquées par des masses d’airs se déplaçant de façon irrégulière. L’avion est alors poussé vers le haut ou le bas. Il existe de nombreuses causes différentes : mécaniques, mouvement des vents, variations de températures, etc. L’appareil ne tombe donc jamais dans les airs. Tous les avions sont conçus pour gérer ce genre de situation, il n’y a donc pas matière à s’inquiéter.

De plus, 95% des cas de turbulences recensées sont des « turbulences légères ». Les usagers sont invités à boucler leurs ceintures, mais aucune perturbation ne viendra troubler la cabine. Les rares cas de « turbulences sévères » provoquent une projection des objets vers le plafond de la cabine, mais encore une fois, pas de panique ! Les ailes des avions sont flexibles

[1] Etude VoyagesPirates.fr réalisée en juin 2018 auprès de 3072 participants français.

Etude : Les français et l’écotourisme

SEMAINE DU DEVELOPPEMENT DURABLE

 ETUDE : LES FRANÇAIS ET L’ECOTOURISME 

 

Lyon, France – 1 juin 2018 – À l’occasion de la semaine du développement durable (du 30 mai au 5 juin) et à l’approche des vacances d’été, l’expert des bons plans voyage sur internet VoyagesPirates.fr fait le point sur l’écotourisme et les Français.

Plus de la moitié des Français sensibles à l’écotourisme

 L’étude menée par VoyagesPirates révèle que 61% des Français se préoccupent de la protection de l’environnement lorsqu’ils voyagent[1]. Cette conscience écologique prend différentes formes, depuis le moyen de transport envisagé jusqu’au type d’hébergement, en passant par les habitudes de consommation sur leur lieu de vacances.

Les transports polluants oui, mais avec une (petite) compensation financière

 Lorsque l’on demande aux Français s’ils ont déjà renoncé à un voyage longue-distance en avion pour des raisons environnementales, seulement 12%  répondent par la positive. 49% des répondants disent y avoir déjà pensé mais que le désir de voyager a toujours été plus fort et 30% affirment ne pas vouloir se restreindre lorsqu’ils voyagent.

Ils sont en revanche 87% à se dire prêts à payer plus cher pour un vol avec un avion fonctionnant à l’énergie renouvelable… tant que cette compensation écologique reste modeste : 75% se disent prêts à accepter un prix 10% plus cher, contre 22% pour une augmentation de prix entre 10% et 25% et seulement 2% pour une augmentation de 25% à 50%.

Les hébergements durables et les habitudes sur place

 86% des Français se disent prêts à réserver un mode d’hébergement respectueux de l’environnement si les prix restent raisonnables : 32% des répondants sont prêts à payer entre 5€ et 10€ de plus par nuit et 22% entre 10€ et 20€ de plus. Ils sont tout de même 25% à refuser catégoriquement de payer plus cher pour une nuit dans un hébergement éco-responsable.

 VoyagesPirates.fr a également demandé aux Français quelles mesures écologiques ils avaient déjà adoptées en vacances :

 

Je privilégie la nourriture et les produits locaux 91,69%
Je trie mes déchets 82,89%
Je privilégie le covoiture/les transports en commun 66,57%
Je choisis de ne pas systématiquement demander des serviettes de bain fraiches lorsque je reste à l’hôtel 69,11%
Je suis all(é)e dans une station de tourisme vert/éco-responsable 9,58%
J’ai choisi de payer une compensation carbone volontaire 5,38%

L’intégralité de l’étude est disponible sur demande

[1] Etude VoyagesPirates.fr réalisée sur 1043 répondants français.

Top 10 des auberges de jeunesse à travers le monde

TOP 10 DES AUBERGES DE JEUNESSE A TRAVERS LE MONDE

VoyagesPirates, expert des bons plans tourisme et voyages sur Internet, présente le top 10 des auberges de jeunesse les plus surprenantes à travers le monde. Ces hébergements alternatifs ont su s’adapter pour proposer une expérience unique en plus de nuitées à petits prix !

Le Drop Bear Hostel (Santa Marta, Colombie)

Si elle ressemble à n’importe quelle auberge de qualité, avec des chambres cosy et abordables, une piscine et une grande cuisine, l’originalité de cette auberge de jeunesse réside dans l’histoire de ses murs. C’était la propriété d’un des plus grands cartels de drogue des années 1980 (Pablo Escobar y a même séjourné) : truffée de pièces secrètes et de codes cryptés inscrits sur les murs, on peut aussi y trouver deux tunnels souterrains ainsi qu’une cave à whisky. En demandant gentiment, le propriétaire pourra vous faire une visite guidée et vous raconter des anecdotes dignes de la série Narcos.

Le  Caveland Hostel (Santorin, Grèce)

Situé sur un ancien domaine viticole datant du 18è siècle, le Caveland Hostel porte bien son nom. Situé dans le cœur de la superbe île de Santorin, il propose des chambres dans d’anciennes caves à vin (au frais), offre des vues imprenables sur la mer et dispose également d’une piscine.

La Kadir’s Tree House (Olympos, Turquie)

Que dire sur Kadir’s ? Comme son nom l’indique, on y sera haut perché. Au-delà de son cadre ensoleillé sur la côte méditerranéenne, vous y trouverez de nombreuses activités : escalade, plage et plongée à proximité, et surtout une boîte de nuit au sein même du complexe ! Une occasion parfaite pour visiter les ruines de la cité antique d’Olympos et ses célèbres thermes romains.

La Fauzi Azar Inn (Nazareth, Israël)

Ce manoir construit dans la pierre il y a plus de 200 ans a été converti en une auberge de jeunesse remarquable. Cette ancienne propriété de la famille Azar, l’une des plus riches de Galilée ne pourra que dépayser ses visiteurs. Plafonds peints à la main, sols en marbre turc, cour en pierre calcaire composent le théâtre de ce séjour dans la vieille ville de Nazareth.

Le Jumbo Stay (Stockholm, Suède)

Ce Boeing 747 reconverti en auberge devrait parler aux amoureux du voyage et aux  passionnés d’aviation. Il se situe sur le tarmac de l’aéroport Arlanda de Stockholm. Un bon moyen de découvrir la coûteuse capitale suédoise à moindre prix !

La Gyreum Ecolodge (Corlisheen, Irlande)

Les adeptes de voyages éco-responsables trouveront certainement leur bonheur avec le Gyreum Ecolodge. Il s’intègre parfaitement à la nature qui l’entoure et est alimenté par de l’énergie éolienne et photovoltaïque. Il dispose aussi de toilettes à compost et de vastes jardins. C’est l’endroit idéal pour une mise au vert qui ne manque pas d’Eire.

The Jugglers Rest (Picton, Nouvelle-Zélande)

Cette auberge au double concept ne manque pas d’originalité. Avec une partie  »cirque » et une partie « relaxation » elle propose à ses pensionnaires des leçons de jonglerie et de monocycle, ainsi que des spectacles de jongleurs de feu le soir. Les visiteurs qui ne souhaitent pas prendre part à tout ce cirque pourront profiter des nombreux hamacs à disposition et se délecter du pain et de la confiture  »maison » dans un cadre néozélandais des plus reposants !

Ostel (Berlin, Allemagne)

Voilà un hébergement étonnant qui tient la promesse d’un voyage dans le temps, en RDA ambiance est-allemande. L’auberge est décorée avec de nombreux éléments d’époque : uniformes de la Stasi, meubles et déco de l’année 1978, jusqu’aux Mark de la RDA. De quoi faire l’économie d’un musée !

Le Radeka Downunder (Coober Pedy, Australie)

C’est inévitablement en Australie (« Down under ») qu’on pourra séjourner « sous-terre » pour une expérience hors du commun. Situé dans le village de Coober Pedy,  »capitale mondiale de la production d’opale », cette auberge donne une bonne idée de la vie des locaux dont 60% vivent sous terre dans des maisons troglodytes en raison de la chaleur torride qui règne sur la région. En dehors de cet hébergement atypique au cœur d’une ancienne mine d’opale, les visiteurs pourront profiter de visites guidées des mines environnantes qui leur rappelleront à coup sûr certains décors des films Mad Max.

L’Hostel Celica (Ljubljana, Slovénie)

Terminons ce top dans une ancienne prison militaire slovène où les visiteurs pourront dormir derrière des barreaux, mais de leur plein gré. Bien qu’ayant un passé sombre, ce lieu propose plusieurs œuvres et expositions d’art, de la musique live et même des soirées accueillant des talents locaux. De quoi passer un bon moment, même enfermés !

Aéroports de départ hors de France : pourquoi ça vaut le coup ?

Partir depuis un aéroport à l’étranger ne vient pas à l’esprit de beaucoup de voyageurs. Pourtant, ce choix peut permettre de faire baisser considérablement le prix d’un vol. Le site de bons plans VoyagesPirates révèle les mécanismes qui se cachent derrière ces différences de prix et donne ses conseils pratiques pour s’envoler au meilleur prix.

 VoyagesPirates, expert des bons plans tourisme et voyages sur Internet, observe chaque jour l’évolution des prix des billets d’avion au départ de France et de ses pays limitrophes pour publier sur sa plateforme les meilleurs bons plans voyages du moment. Les experts du site révèlent aujourd’hui leur analyse[1] des aéroports de départ qui affichent en moyenne les prix les plus intéressants.

Quels aéroports affichent les prix les plus intéressants ?

 Les experts du site recommandent régulièrement de partir depuis des aéroports limitrophes des frontières françaises car ces derniers affichent en moyenne des tarifs plus intéressants que de nombreux aéroports français. Ainsi certains aéroports, comme ceux de Barcelone, Bruxelles où Genève, proposent des vols aux prix très attractifs, notamment pour les Français résidant dans des régions à proximité de nos voisins européens.

 Pourquoi de telles différences de prix entre les aéroports et entre les pays ?

 Le prix des billets d’avion est volontairement destiné à ne pas être compris des utilisateurs grâce aux techniques de yield management mises en place par les compagnies aériennes. De nombreux facteurs sont pris en compte par les algorithmes. Néanmoins, il est possible d’en isoler certains.

 Tout d’abord, il s’agit d’une affaire de compétition. « Il est dans l’intérêt du voyageur de choisir un aéroport où une guerre des prix fait rage entre les compagnies aériennes, car cela a tendance à tirer les tarifs vers le bas » explique Marion Bertaux, Editrice Senior chez VoyagesPirates. Plus un aéroport est connecté à d’autres aéroports grâce à de nombreuses liaisons aériennes opérées par différentes compagnies, plus forte sera la compétition et plus bas seront les prix. Si plusieurs compagnies low cost opèrent depuis un aéroport, cela aura souvent pour effet de tirer les prix encore plus vers le bas. « L’arrivée de nouvelles compagnies low cost effectuant des vols long-courriers a par exemple fait baisser le coût par mile des vols au départ d’aéroports tels que Paris CDG ou Barcelone », ajoute Marion Bertaux.

Les taxes peuvent également influencer le prix du billet. L’aéroport de Bruxelles affiche par exemple un faible taux de taxes en comparaison d’autres aéroports européens, ce qui peut parfois rendre un départ depuis Bruxelles plus intéressant pour un vol long courrier qu’un départ depuis Paris.

La saisonnalité joue aussi un rôle important. Le prix des billets suit scrupuleusement le calendrier des vacances scolaires. Pour une même destination, il sera quasiment systématiquement plus intéressant de partir depuis un aéroport français ou limitrophe à la France qui se situe dans une zone de départ en vacances différente.

Comment faire en pratique ?

 VoyagesPirates vous donne ci-dessous  quelques conseils pratiques pour rejoindre ces aéroports proches de nos frontières et ainsi bénéficier de leurs prix attractifs. Tous les détails les options sont disponibles à cette adresse :

https://www.voyagespirates.fr/autre/aeroports-de-depart-hors-de-france-quels-sont-les-avantages_14457

Partir depuis l’Italie

Les aéroports de MilanLinate et Malpensa, permettent de partir à des prix très intéressants. De plus, Milan se développe grâce à l’arrivée de nouvelles compagnies aériennes et l’ouverture de nouvelles lignes. Par exemple, l’aéroport de Malpensa est desservi par environ 80 compagnies aériennes pour 63 destinations sur tout le globe.

Les aéroports de Milan drainent tous les français du Sud-Est de la France jusqu’à Lyon puisqu’ils peuvent s’y rendre facilement en 4h30 de route depuis Lyon et Grenoble par exemple. Depuis Nice, 3h30 suffisent et depuis Marseille, 5h30.

Partir depuis la Suisse

Les aéroports de Suisse, tels que Genève, Bâle-Mulhouse et Zurich, peuvent intéresser tous les Français de l’Est de la France puisqu’ils peuvent s’y rendre facilement en 1h ou 2h de route depuis Lyon ou Strasbourg par exemple

Partir depuis le Bénélux

Les aéroports de la Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas peuvent intéresser tous les Français de l’Est et du Nord de la France puisqu’ils peuvent s’y rendre facilement en quelques heures de route depuis Paris, Lille ou Nancy par exemple. Il faudra compter entre 1h30 et 3 heures de route en voiture. A noter pour les Parisiens que le Thalys Paris-Bruxelles est un moyen rapide et bon marché de rejoindre l’aéroport très bien connecté de Zaventem en 1h20 seulement.

Partir depuis l’Espagne

Les aéroports d’Espagne, tels que Madrid, Barcelone ou Bilbao sont particulièrement intéressants pour tous les Français du Sud de la France puisqu’ils peuvent s’y rendre facilement en quelques heures de route (entre 2h et 4h) depuis Bordeaux, Toulouse ou Montpellier par exemple.

[1] Coût moyen par mile parcouru pour les vols les moins chers à destination des 15 plus grands aéroports mondiaux toutes compagnies aériennes confondues.  Données collectées par VoyagesPirates entre le 15 décembre 2017 et le 14 mars 2018 sur une période d’analyse de 330 jours.